Fondation kENUP : La BEI lance un plan d’investissement de 50 millions d’euros pour améliorer la fabrication de produits pharmaceutique en Afrique

La Banque européenne d’investissement ou BEI vient de lancer aujourd’hui pour la première fois  une initiative d’investissement pour renforcer la production locale d’ingrédients pharmaceutiques actifs (IPA) en Afrique et accroître la fabrication de médicaments essentiels pour améliorer la santé publique. Le nouveau plan d’investissement pharmaceutique de 50 millions d’euros, lancé en collaboration avec la Fondation kENUP, vise à réduire la dépendance aux importations de médicaments et à remédier aux faiblesses de la chaîne d’approvisionnement médicale révélées par la COVID-19.

Le programme servira à améliorer la disponibilité des médicaments spécialisés et traitera les défis liés à la chaîne d’approvisionnement et qui laissent des effets néfastes sur la santé publique dans toute l’Afrique. La nouvelle initiative s’aligne sur les objectifs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et sur la récente coopération entre la BEI et l’OMS pour lutter contre la COVID-19 et renforcer la résilience des systèmes de santé face aux pandémies futures.

L’augmentation des investissements dans l’industrie pharmaceutique en Afrique contribuera à protéger la santé des millions de personnes contre les maladies et les handicaps et à renforcer la résilience des populations face aux pandémies actuelles et futures.

« Augmenter les investissements dans l’industrie pharmaceutique à fort impact à travers l’Afrique est d’une importance essentiellepour améliorer la santé publique, remédier aux faiblesses de la chaîne d’approvisionnement médicale et débloquer le développement économique à long terme. A ce titre, la Banque européenne d’investissement (BEI) a le plaisir de lancer cette toute première initiative de financement visant à augmenter la production locale d’ingrédients pharmaceutiques actifs (IPA) en Afrique. Ce plan, conçu en collaboration avec des experts africains et mondiaux, s’appuie sur le savoir-faire mondial unique d’assistance technique de la BEI et son expertise financière pour le soutien à l’investissement dans la santé et l’innovation », a déclaré Thomas Östros, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI).

« La COVID-19 a exposé la vulnérabilité de la santé publique en Afrique face aux chaînes d’approvisionnement manufacturières mondiales et sa forte dépendance de la production internationale. L’augmentation de la production locale d’ingrédients pharmaceutiques actifs (IPA) en Afrique aidera à améliorer la santé publique de millions d’Africains. Cette nouvelle initiative prouve que l’expertise pharmaceutique et financière spécialisée pourrait créer des emplois et un avenir meilleur pour l’Afrique », a déclaré pour sa part Dr Mariângela Batista GalvãoSimão, directrice générale adjointe de l’OMS chargée de l’accès aux médicaments, et produits pharmaceutiques.

L’initiative de financement des ingrédients pharmaceutiques actifs (IPA) a été officiellement lancée aujourd’hui en présence de représentants de la Banque européenne d’investissement (BEI), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’EDCTP, de l’organisation Global Access in Action de la Faculté de droit de Harvard et de la Fondation kENUP. Ce plan de financement a bénéficié de l’expertise de l’APIFA (ou API for Africa), une organisation à but  non lucratif basée au Kenya, qui agira en tant que promoteur non exclusif de l’initiative.

« Ce plan de financement, en temps opportun, servira à transformer l’industrie pharmaceutique sur le continent et à améliorer l’accès des populations vulnérables aux médicaments essentiels. Nous appelons toutes les parties concernées à œuvrer ensemble pour soutenir les fabricants au cours de ce processus de transformation et assurer la viabilité à long terme de cette initiative, » a déclaré Gerald Macharia, directeur et fondateur de l’APIFA.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le lien suivant : https://www.kenup.eu.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20201217005724/en/

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.