Déclaration de SOUMOUD à l’opinion publique : Mouvement Ennahda continue de porter atteinte aux fondations de l’État

Des dirigeants du mouvement Ennahdha ont invité leurs jeunes membres, à travers des médias, à descendre dans la rue et à jouer le rôle des forces de sécurité pour protéger les personnes et les installations et pour repousser les manifestations. Son président a également déclaré récemment qu’il était certain de l’innocence du président du parti Qalb Tounès (Nabil Karoui), qui se trouve en état de détention, et de sa prédiction que la justice l’acquitterait.

Sur fond de ce qui précède, la coalition Soumoud:

1 / Considère que l’appel de la jeunesse d’Ennahda à jouer le rôle de sécuritaire dans la protection des personnes et des installations et à repousser les manifestations est un appel discret au combat entre les membres du même peuple et à un mélange systématique entre la milice du parti au pouvoir et les organes officiels. Ennahda a mobilisé sa milice à plusieurs reprises, d’où l’agression de manifestants le 9 avril 2012 et le lynchage de Lotfi Nagdh le 18 octobre 2012, l’attaque des sièges de l’UGTT le 4 décembre 2012, l’attaque commise contre ceux qui ont participé aux funérailles du martyr Chokri Belaïd le 8 février 2013, l’attaque contre les participants au sit-in de départ (اعتصام الرحيل) en juillet 2013 … afin de dominer la scène avec la logique de l’intimidation et de la pratique La violence.

2 / Demande au parquet de jouer son rôle et de les responsabiliser, afin de protéger la sécurité publique du pays, considérant que ces appels relèvent du code pénal.

3 / Considère les déclarations du Président du Mouvement Ennahda, qui assume également la fonction de Président de l’Assemblée des Représentants du Peuple, comme une violation flagrante du principe de la séparation des pouvoirs et une pression directe sur le pouvoir judiciaire pour protéger son allié au pouvoir et tenter de l’acquitter.

4 / Renouvelle ses appels à la coordination des forces de l’opposition au Parlement afin de retirer la confiance au Président du Parlement, car cela représente une menace pour la transition démocratique et la lutte contre le système de corruption et un obstacle au bon fonctionnement du parlement et à son rôle primordial dans la promulgation des lois et la prise de décisions qui sortiraient le pays de la crise suffocante dans laquelle il se trouve.

Houssem Hammi
Coordinateur général du collectif Soumoud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.