Drame en Irak : plus de 80 morts dans l’incendie d’un hôpital pour malades du Covid-19

Au moins 82 personnes sont mortes lors d’un incendie dans la nuit de samedi à dimanche dans une unité de soins intensifs pour malades du Covid-19 en Irak, pays arabe le plus touché par l’épidémie et au système de santé délabré depuis des décennies.

Un incendie a ravagé une unité de soins intensifs dédiée aux malades du Covid-19 dans un hôpital du sud-est de Bagdad, samedi 24 avril dans la nuit, tuant au moins 82 morts et faisant 110 blessées, selon le ministère irakien de l’Intérieur.

 Une épreuve de plus pour l’Irak, pays de 40 millions d’habitants aux hôpitaux délabrés et dont bon nombre des médecins ont émigré au gré de quatre décennies de guerres à répétition.

Ce sont des bouteilles d’oxygène « stockées sans respect des conditions de sécurité » qui sont à l’origine du sinistre, ont expliqué des sources médicales à l’AFP. Au beau milieu de la nuit, alors que des dizaines de proches étaient au chevet de « trente patients dans cette unité de soins intensifs » de l’hôpital Ibn al-Khatib, réservée aux cas les plus graves à Bagdad, des flammes ont gagné les étages, a rapporté une source médicale.

 « L’hôpital n’avait pas de système de protection contre les incendies et les faux-plafonds ont permis la propagation du feu jusqu’à des produits hautement inflammables », indique de son côté la Défense civile.

 « La plupart des victimes sont mortes parce qu’elles ont été déplacées et privées de ventilateurs, tandis que d’autres ont été étouffées par la fumée », poursuit-elle…

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.