Rapport détaillé sur l’intervention de Joe Biden dans les derniers affrontements de Gaza: 11 jours de guerre et 8 appels téléphoniques

Dans un rapport étonnant et détaillé, le journaliste israélien, Barak Ravid, a révélé ce qui s’est passé dans les coulisses des événements et des positions fatidiques de la dernière guerre de Gaza.

Ravid a écrit à cet égard, déclarant : 11 jours avant les combats dans la bande de Gaza, et dans l’intérêt d’un cessez-le-feu, le président américain Joe Biden a parlé six fois au téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dont une conversation avec le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi, et un avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

« Pour connaître l’histoire de ces appels téléphoniques, la stratégie du président Biden et la voie vers un cessez-le-feu, le site Axios s’est entretenu avec trois sources américaines et israéliennes profondément impliquées dans la diplomatie. Les sources ont demandé à parler librement sous anonymat. »

Avant la tempête:

Les avertissements ont commencé fin avril.

Des responsables et des experts à Washington ont averti la Maison Blanche que le report des élections parlementaires palestiniennes, ainsi que les manifestations contre l’expulsion imminente de familles palestiniennes du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, pourraient annoncer une nouvelle crise.

Au départ, la Maison Blanche n’a pas pris ces avertissements au sérieux, et le conflit israélo-palestinien est resté une faible priorité. Puis vinrent les affrontements entre la police israélienne et les manifestants palestiniens à la mosquée Al-Aqsa, ou mont du Temple, l’un des sites les plus sacrés pour les musulmans et les juifs, qui culmineront le 10 mai par un affrontement policier impliquant des centaines de Palestiniens. Au cours duquel des policiers et plusieurs personnes ont été blessés.

La veille, alors que les tensions s’intensifiaient rapidement, le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan a appelé son homologue israélien, Meir Ben-Shabbat, tandis que la secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman s’est entretenue avec le directeur général des Affaires étrangères d’Israël, Alon Oshbiz.

L’administration Biden avait trois demandes immédiates pour Israël:

-arrêter les évacuations à Sheikh Jarrah,

-réduire les tensions sur le mont du Temple

-et annuler l’affichage annuel du drapeau le jour de Jérusalem, au cours duquel les nationalistes israéliens célèbrent l’unification de Jérusalem sous contrôle israélien.

Alors que des responsables israéliens avaient déclaré aux journalistes à l’époque que Ben Shabat avait rejeté les demandes de Sullivan, les considérant comme des récompenses pour les terroristes, Netanyahu s’y est en fait conformé le 10 mai. Il a demandé à la Cour suprême de reporter sa décision sur les expulsions, d’empêcher les visites de Juifs sur le mont du Temple et de modifier le parcours de la procession du drapeau afin qu’elle ne traverse pas le quartier musulman de la vieille ville de Jérusalem. Mais c’était trop tard. Avec l’expiration du délai fixé par le Hamas pour retirer toutes les forces de sécurité israéliennes de la mosquée Al-Aqsa et de Sheikh Jarrah, le groupe armé a tiré sept roquettes sur Jérusalem.

Les assistants de Netanyahu ont appelé la Maison Blanche avec un message clair que le jeu a changé et qu’Israël va maintenant lancer une opération militaire à Gaza. La première tâche des fonctionnaires de la Maison Blanche était de jouer un rôle très actif, comme l’avaient fait les administrations précédentes, mais le président Biden et ses conseillers principaux ont adopté une approche différente.

L’un des facteurs était le mauvais souvenir que beaucoup des principaux conseillers de Biden avaient de la guerre de 2014 à Gaza, qui comprenait une invasion terrestre israélienne qui avait fait près de 2500 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup étaient des civils, ainsi que 69 soldats israéliens et cinq civils israéliens.

L’une des leçons qu’ils ont tirées de la guerre de 2014 était que la position publique d’Obama a attiré l’attention internationale sur les États-Unis et a placé Israël sur la très défensive, sapant les efforts visant à un cessez-le-feu.

Biden a déclaré à ses principaux conseillers que cette fois, les États-Unis géreraient la crise par une diplomatie intense mais silencieuse avec Israël et l’Égypte.

Biden a poursuivi une double stratégie, soutenant publiquement Israël et exhortant secrètement Netanyahu à mettre fin à l’opération le plus rapidement possible et à minimiser les pertes civiles.

Biden a déclaré à son équipe que les États-Unis n’appelleraient pas publiquement à un cessez-le-feu ou ne traiteraient pas la question au Conseil de sécurité de l’ONU. Les condamnations internationales, ainsi que le nombre de morts civils à Gaza, ont augmenté au cours des premiers jours de l’opération, mais même en secret, le message de Biden s’est concentré sur le soutien américain à Israël. Mais après qu’Israël ait bombardé un bâtiment de Gaza abritant les bureaux de l’Associated Press et d’autres médias, Biden, sous la pression intérieure croissante pour un cessez-le-feu, a passé un deuxième appel avec Netanyahu, cette fois en se concentrant sur la désescalade.

Biden a également appelé Abbas, l’exhortant à envoyer des forces de sécurité palestiniennes pour servir de tampon entre les soldats israéliens et les manifestants palestiniens pour s’assurer que la crise de Gaza ne se propage pas en Cisjordanie occupée, et Abbas s’y est engagé.

Au cours du week-end, la Maison Blanche s’est rendu compte que l’Egypte était le seul médiateur efficace qui pouvait faciliter un cessez-le-feu mutuel. Entre dimanche et lundi, les responsables américains ont commencé à voir des signes que ce cessez-le-feu est possible. L’Égypte a conclu un accord secret avec le Hamas pour un cessez-le-feu sur Tel Aviv.

Le calme tacite a duré 18 heures, prouvant à la Maison Blanche que l’Égypte est capable de traiter avec le Hamas.

Ce nouveau développement a influencé la décision de Biden de contacter Netanyahu lundi, et pour la première fois, de publier une déclaration publique en faveur du cessez-le-feu. Israël a rapidement reculé, alors que Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz ont insisté auprès de leurs interlocuteurs américains pour que l’opération se poursuive et que les capacités militaires du Hamas soient encore affaiblies. Mais des officiers supérieurs de Tsahal ont commencé à envoyer mercredi à leurs homologues américains des signaux indiquant que l’opération avait atteint ses principaux objectifs.

Mercredi matin, l’évaluation de la Maison Blanche était qu’un cessez-le-feu pourrait être obtenu en quelques jours, et Biden a décidé de convoquer Netanyahu pour qu’il parle une quatrième fois pour faire pression un peu plus.

L’atmosphère n’était pas combative, Biden adoptant la même approche «Je ne suis pas d’accord avec vous mais je vous aime» qui a caractérisé leur relation pendant trois décennies, sauf que Biden était plus affirmatif lors du quatrième appel qu’il ne l’avait été dans les trois précédents.

Netanyahu a continué à insister sur le fait qu’il avait besoin de plusieurs jours de plus, mais Biden, qui savait que Tsahal avait atteint ses objectifs principaux, a averti Netanyahu que la poursuite des combats pourrait devenir incontrôlable.

Comme l’a dit une source proche de l’appel, Biden a déclaré à Netanyahu: « Vous ne pouvez pas contrôler les événements. Les Egyptiens ont une bonne suggestion. Je pense que le moment est venu pour en finir. »

En privé, Netanyahu a dit à Biden qu’il n’avait besoin que de 24 heures supplémentaires.

Publiquement, Netanyahu a publié une vidéo en hébreu confirmant qu’il n’y aura pas de limite de temps pour le processus, et il semble qu’il défie la pression de Biden. La Maison Blanche a décidé d’abandonner l’affaire, sachant que Netanyahu joue sur sa base politique.

Jeudi matin, Biden a téléphoné pour la première fois au président El-Sissi. Biden a demandé et obtenu une garantie que si Israël acceptait un cessez-le-feu, l’Égypte pourrait garantir que le Hamas cesserait de tirer des roquettes.

Cette lettre a été envoyée à Netanyahu peu de temps avant la réunion du cabinet de sécurité, et le Conseil des ministres a voté pour approuver un cessez-le-feu.

Netanyahu a appelé Biden pour le mettre au courant et fournir un avertissement selon lequel si le Hamas utilise les 2,5 heures restantes pour lancer une batterie de roquettes, Israël ripostera avec toute sa force et le cessez-le-feu pourrait s’effondrer.

Cela a ouvert la voie pendant deux heures dramatiques, alors que les assistants de Biden ont contacté au téléphone des responsables israéliens et égyptiens.

Une heure avant le début du cessez-le-feu, Netanyahu a de nouveau appelé Biden et a déclaré qu’il avait reçu des assurances des Égyptiens que le Hamas ne tirerait pas à la dernière minute.

Ce n’est qu’alors que Biden a fait une déclaration télévisée de la Maison Blanche, félicitant Netanyahu pour son soutien au cessez-le-feu et affirmant que la fenêtre est maintenant ouverte pour le progrès entre Israéliens et Palestiniens.

En conclusion : seulement 24 heures se sont écoulées entre Biden exhortant Netanyahu à accepter un cessez-le-feu et Israël a voté en ce sens.

Les critiques de l’approche de Biden, y compris nombre de ses collègues démocrates, soutiennent qu’il aurait dû exercer une plus grande pression plus tôt dans un conflit dans lequel au moins 248 Palestiniens ont été tués.

Tandis que les responsables américains ont affirmé que Biden a utilisé son capital politique et sa réputation d’ami d’Israël pour éviter une confrontation publique avec Netanyahu et pour aider à négocier un cessez-le-feu relativement rapidement.

Source : axios.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.