Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) propose un certain nombre de solutions à la crise financière

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux a confirmé, dans une étude publiée récemment sur la « crise des finances publiques pour les années 2020-2021 », que la Tunisie aura besoin d’emprunter plus de 20 milliards de dinars pour soutenir le budget de l’Etat pour l’exercice budgétaire 2021.

Dans son étude, le Forum a indiqué que la Tunisie doit choisir entre « continuer à recourir aux bailleurs de fonds internationaux », dont le Fonds monétaire international, qui exige de se soumettre à des conditions difficiles à réaliser et pouvant affecter la souveraineté nationale, et entre « l’autosuffisance » pour promouvoir les ressources de l’Etat en lançant des mesures urgentes et exceptionnelles.

Le forum a recommandé d’accélérer la promulgation de la loi d’urgence économique « الطوارئ الاقتصادي », de prendre des mesures pour surveiller les contrebandiers de devises et changer les billets de banque (pour détecter les richesses acquises illégalement) et de poursuivre la suspension de l’importation de produits de luxe.

L’étude a également recommandé d’aborder le commerce parallèle et de revoir les accords commerciaux avec certains pays, qui ont aggravé le déficit commercial, et d’encourager les immigrants tunisiens à ouvrir des comptes en devises et à participer aux prêts de l’État, et à stimuler les activités à haute valeur ajoutée afin d’accélérer la reprise économique.

Le Forum des droits économiques et sociaux a estimé nécessaire de concevoir, à moyen terme, un nouveau modèle économique capable de répondre aux aspirations de la population et de surmonter les difficultés actuelles, soulignant la nécessité de le développer par une approche participative.

Le Forum a également souligné la nécessité pour ce nouveau modèle de reposer sur une répartition claire des tâches entre toutes les parties, dans le cadre de relations contractuelles équilibrées, en plus de sa capacité à réaliser un développement écologique durable.

Dans ce contexte, il a appelé à relever les défis actuels auxquels l’économie tunisienne est confrontée, surmonter le climat politique tendu, renforcer les piliers du développement et de la croissance, et faire face au phénomène de l’économie parallèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.