La Maison Blanche : Les consultations entre Biden et Poutine sur la Syrie ont été constructives

La Maison Blanche a annoncé que les consultations tenues par les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine, lors de leur sommet tenu à Genève concernant la situation en Syrie et l’aide à ce pays étaient constructives.

-Washington : L’élargissement du couloir humanitaire à travers la frontière est une condition de toute future coopération avec la Russie en Syrie

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a indiqué hier, jeudi 17 juin 2021, dans des déclarations faites devant les journalistes et publiées par la Maison Blanche, que les consultations sur la Syrie entre les deux présidents se sont concentrées sur la question de l’acheminement de l’aide humanitaire, notant que Biden a souligné que « des millions de personnes affamées  » ont besoin de soutien dans le nord-est et le nord-ouest de la Syrie.

A cet égard, le président américain a souligné, selon Sullivan, qu’assurer la continuité des travaux du seul couloir frontalier actuellement utilisé par le mécanisme d’aide transfrontalière des Nations Unies en Syrie est d’une importance primordiale pour garantir que « l’aide parvienne à ceux qui en ont besoin. »

En réponse à une question sur le vote du Conseil de sécurité de l’ONU le mois prochain pour étendre ce mécanisme, Sullivan a déclaré : « Poutine n’a pris aucun engagement sur la façon dont la partie russe voterait sur le projet de résolution (sur l’extension du mécanisme), mais les consultations ont été constructif, et nous pensons qu’il existe des opportunités pour les États-Unis et la Russie de coopérer afin d’obtenir un résultat positif, d’adopter ce projet de résolution, d’assurer la continuité des travaux du couloir et d’adopter de nouvelles mesures pour alléger les souffrances des Syriens, avec les États-Unis et la Russie travaillant ensemble sur cette question.

Le 11 juillet 2020, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution visant à prolonger d’une année le mécanisme d’aide transfrontalière par le seul passage vers la Syrie, quant à la Russie et la Chine elles se sont abstenues lors du vote.

Moscou a averti à l’époque que certaines parties exploitent de plus en plus le dossier humanitaire pour atteindre des objectifs politiques en portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Syrie, et a indiqué que les conditions sur le terrain dans le pays ont changé depuis la mise en place de ce mécanisme il y a déjà 6 ans, ce qui permet d’abandonner aujourd’hui le mode d’aide transfrontalière.

Source : RT

Crédit-photo : Reuters Kevin Lamarque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.