Dr Jalila Ben Khélil : C’est ce que le Comité scientifique a suggéré au Chef du gouvernement

La porte-parole officielle du comité scientifique de lutte contre le coronavirus, Dr Jalila Ben Khélil, a confirmé au journal Le Maghreb aujourd’hui, samedi 3 juillet 2021, que les expressions décrivant la situation épidémiologique ont pris fin et que toutes les descriptions ont été utilisées, de catastrophique à très dangereuse, à délicate, de critique à tsunami et autres descriptions qui ne peuvent décrire la situation actuelle.

Ben Khélil a révélé que scientifiquement, un confinement sanitaire global était censé être annoncée, et il a été confirmé lors de la réunion supervisée par le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, que cette question n’était pas possible et d’autres mesures ont été prises, exprimant l’espoir qu’elles seraient mises en œuvre par les citoyens, notant que le principal dilemme en Tunisie, c’est le respect de l’application des procédures, et elle a souligné que le comité n’a pas proposé un confinement sanitaire global pour une période de 6 semaines, comme cela a été dit, mais plutôt un confinement global jusqu’au 25 juillet, avec comme objectif de briser le cycle infectieux et non pas d’atteindre un taux de zéro cas d’infection.

Elle a souligné que c’était la porte-parole officielle du ministère de la Santé, Dr Nissaf Ben Alaya, qui a insisté que pour atteindre zéro cas, un confinement sanitaire global de 6 semaines était nécessaire, et elle en était convaincue, mais le comité scientifique visait à réduire la pression sur les hôpitaux et a suggéré un confinement sanitaire global jusqu’au 25 juillet, puis d’évaluer les procédures, et a indiqué que les procédures ne seront efficaces que si elles s’étendent sur plus de deux semaines.

En ce qui concerne les gouvernorats qui ont annoncé la mise en œuvre d’un confinement sanitaire global, Dr Ben Khélil a confirmé que leur nombre est en augmentation et comprend jusqu’à présent :

Zaghouan, Beja, Kairouan, Siliana, Sousse, El Kef et le Grand Tunis

considérant que le mouvement vers et depuis les quatre gouvernorats du Grand Tunis a été interdit, et a souligné que l’amélioration de la situation est liée à l’ampleur des progrès dans la mise en œuvre des procédures établies, tout en œuvrant à l’annulation des soirées privées et la réduction du nombre de personnes invitées aux mariages…

Le problème en Tunisie c’est la mise en œuvre des procédures, et la surveillance et la dissuasion doivent être renforcées pour éviter la propagation de la contagion.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *