Le Bureau des Nations Unies en Tunisie condamne les actes de violence contre les femmes parlementaires et dans la sphère politique

Le Bureau des Nations Unies en Tunisie, a condamné dans un communiqué rendu public, le lundi 5 juillet 2021, les actes de violence commis contre l’une des députées de la Chambre des représentants du peuple, par le biais d’un de ses collègues parlementaires, et ce, lors de la séance plénière du 30 juin.

Le Bureau du Coordonnateur-Résident des Nations Unies en Tunisie, Arnaud Peral, a ajouté dans ledit communiqué, que « l’équipe des Nations Unies suit avec inquiétude ce qui se passe au sein du Parlement tunisien, d’autant plus que l’incident n’était pas seulement un cas isolé, mais s’est plutôt produit après que d’autres cas récents de violence et de haine contre les femmes se soient répétés sur les femmes parlementaires et, plus largement, contre les femmes actives en politique en Tunisie.

Il a ajouté que « les Nations Unies considèrent que tout acte de violence contre les femmes politiques, qu’il soit physique ou verbal, constitue non seulement une violation des droits humains, mais également une grave menace pour la démocratie et la participation des femmes à la vie publique ».

L’équipe des Nations Unies en Tunisie a exhorté les autorités à prendre les mesures appropriées contre les auteurs et a appelé les membres de la Chambre des représentants du peuple, en tant que représentants élus des citoyens hommes et femmes, à faire preuve des normes éthiques les plus élevées dans leur conduite.

A noter que la séance plénière qui s’est déroulée le 30 juin 2021, a vu le fait que le député Sahbi Samara (député indépendant) a agressé physiquement à la fois la députée Abir Moussi, Présidente du bloc du Parti Destourien Libre, et son collègue au même bloc, le député Wissem Chaari.

La session a également été témoin d’un état de chaos et d’un échange de violence verbale et physique entre les différentes parties de l’assemblée.

Lors de la séance du soir, la même députée (Abir Moussi) a de nouveau subi des violences, de la part du Président du bloc de la coalition Al-Karama, Seifeddine Makhlouf, qui l’a agressée physiquement. Le bureau de l’Assemblée des représentants du peuple a décidé, lors de sa réunion extraordinaire, tenue aujourd’hui lundi, d’infliger aux deux députés, Sahbi Smara et Seifeddine Makhlouf, la peine maximale que le règlement intérieur autorise, en raison de leur agression à l’encontre de la députée Abir Moussi, Présidente du bloc du Parti Destourien Libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.