Maroc : Défaite cuisante des islamistes aux élections générales

Les électeurs marocains ont infligé une défaite cuisante au Parti de la Justice et du Développement (PJD), dans les élections pour élire les membres de la Chambre des représentants, les membres des conseils communaux et d’arrondissements, ainsi que ceux des conseils des régions.

Plusieurs éléphants du PJD ont perdu leurs sièges de députés dans les grandes villes comme le maire de Casablanca. Le chef du gouvernement sortant et chef du parti Saad Edine Elothmani a essuyé une défaite dans la circonscription de la mort à Rabat.

Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) est arrivé en tête des élections législatives organisées mercredi 8 septembre, en remportant 97 sièges après dépouillement de 96 % des bulletins de vote. Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a occupé la 2e place avec 82 sièges.

Il est suivi du Parti de l’Istiqlal (PI, 78 sièges), de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP, 35 sièges), du Mouvement Populaire (MP, 26 sièges), du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS, 20 sièges), de l’Union Constitutionnelle (UC, 18 sièges) et du Parti de la Justice et du Développement (PJD, 12 sièges). Les autres formations politiques se partagent 12 sièges, selon les résultats provisoires de ces élections, qui ont enregistré un taux de participation de 50,35 % au niveau national. Soit 8 points de plus qu’en 2016.

Un taux de participation exceptionnel

Le scrutin du 8 septembre aura connu la participation de 8 789 676 électeurs et électrices. Un chiffre en hausse de 2 152 252 électeurs par rapport aux législatives de 2016. Il s’agit d’un taux très important, qui traduit la grande importance accordée par le citoyen marocain à cette importante échéance électorale et à toutes les institutions élues, selon l’instance électorale

L’affluence des citoyens vers les bureaux de vote a été, comme à l’accoutumée, massive dans les Provinces du Sud. Le taux de participation a atteint 66,94 % dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, 63,76 % dans la région de Guelmim-Oued Noun et 58,30 % dans la région de Dakhla-Oued Eddahab.

Un fait qui se veut la preuve irréfutable de l’attachement des citoyens et citoyennes de ces provinces à leur marocanité et de leur implication effective dans les institutions du pays et dans le développement du processus démocratique et la consolidation des acquis.

Par ailleurs, le plus faible taux de participation a été enregistré au niveau de la région de Casablanca-Settat avec 41,04 %.

Les islamistes du PJD sont en passe de perdre la plupart de leurs sièges au parlement

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.