DOSSIER: Comment les écoles ne préparent pas les jeunes pour l’avenir

Par les jeunes défenseurs de la santé sexuelle et reproductive, Ruben Avila, directeur de Sin Control Parental et SheDecides Young Leader, Mexique, Amanda Filipsson, éducatrice CSE et membre du conseil d’administration de l’Association suédoise pour l’éducation sexuelle (RFSU Malmö), Suède, Ana (Anuki) Mosiashvili, coordinateur international du plaidoyer et du partenariat au réseau Y-PEER, Muhammad Rey Dwi Pangestu, chef de projet, Rutgers WPF Indonésie et Anesu Mandenge, étudiant en travail social, Zimbabwe

Cette semaine, cinq agences des Nations Unies ont confirmé qu’en dépit de certains progrès dans le monde, la plupart des pays ne parviennent pas à fournir aux enfants et aux jeunes une éducation sexuelle de qualité et durable. Cette nouvelle est un rappel du besoin urgent d’une éducation qui change la vie et potentiellement salvatrice, a déclaré la Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, Stefania Giannini.

Nous sommes d’accord. Pour beaucoup, c’est une question de vie ou de mort. Parmi les filles âgées de 15 à 19 ans, il y a 10 millions de grossesses précoces et non désirées par an, 3 millions d’avortements à risque et les conditions maternelles sont la principale cause de décès. Une éducation sexuelle complète (ESC) peut empêcher cela. Les jeunes de tous les pays et de toutes les régions se lèvent et le disent depuis des années.

Nous ne demandons pas seulement l’ESI parce qu’elle peut nous sauver la vie, même si c’est le cas ; mais parce qu’il nous aide à prendre des décisions délibérées, respectueuses et bien informées concernant notre santé, notre sexualité et nos relations.

L’ECS est un processus d’apprentissage holistique, adapté à l’âge et multidimensionnel qui se déroule sur de nombreuses années. Il développe des compétences personnelles et sociales, telles que la pensée critique, l’évaluation des risques, la résolution de problèmes et la capacité d’envisager plusieurs perspectives.

Investir dans l’ESC, c’est investir en nous, dans les enfants et les jeunes. Nous pouvons maximiser notre potentiel éducatif en éliminant la confusion autour de la menstruation et de la contraception, et en éliminant les facteurs sociaux qui remettent en question notre bien-être, comme la discrimination, la violence et le mariage des enfants.

Pourtant, alors que de nombreux pays disent avoir des politiques et des lois relatives à l’éducation sexuelle, de bons programmes et un soutien aux enseignants, cela ne se traduit pas toujours par des jeunes comme nous qui reçoivent l’éducation sexuelle dont nous avons besoin.

La politique d’ESI ne vaut pas grand-chose sans une mise en œuvre et une livraison pratiques – sans budgets, planification et suivi. Une éducation à la sexualité et aux relations véritablement complètes fournit aux jeunes les outils pour vraiment se comprendre eux-mêmes, le monde et les personnes qui le composent. Si les gouvernements sont vraiment attachés à la protection des droits de l’homme et à leurs engagements en vertu des accords régionaux, nationaux et internationaux, ils doivent s’assurer que leur mise en œuvre légale et réglementaire de l’ESI est pleinement réalisée dans la salle de classe.

Dans le même temps, la prestation de l’ECS ne vaut rien sans une formation de qualité pour les enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur, dotés des compétences nécessaires pour enseigner divers sujets à l’aide de méthodes participatives et d’une approche centrée sur l’apprenant.

Les enseignants ont le pouvoir de décider quelles informations partager ou cacher à leurs élèves. Nous exhortons les enseignants à réfléchir à leur propre expérience de la puberté, à essayer de se mettre à notre place et à ne pas laisser leurs valeurs personnelles entraver la valeur globale de l’ECS. Nous voulons également que davantage d’enseignants s’engagent dans la mise en œuvre comme le font nos enseignantes, qu’ils deviennent des champions et apportent leur point de vue.

Nous pensons que les jeunes doivent s’impliquer de manière significative dans le processus de création et de conception des programmes d’éducation à la sexualité – car tant de sujets et de réalités qui nous affectent aujourd’hui sont laissés pour compte. Nous devons en apprendre davantage sur les avortements sécurisés, l’intersection de la sexualité et de la technologie, et les problèmes affectant les jeunes ayant diverses orientations sexuelles, identités de genre et expressions. Ce sont des sujets importants, et s’ils ne sont pas inclus, l’opportunité d’avoir un impact positif sur le bien-être et le développement est perdue.

L’accès est un autre problème d’une importance cruciale, et cela a été exacerbé pendant la pandémie de COVID-19 lorsque des millions d’enfants n’étaient pas scolarisés. Nous n’avons pas tous des personnes à qui parler, ou même Internet, pour nous aider à en savoir plus sur la puberté, la santé menstruelle, les relations ou le sexe. Nous devons trouver des moyens créatifs d’atteindre les personnes confrontées à ces difficultés.

Garantir l’accès à une ESC de qualité dans la pratique doit être une priorité mondiale si nous voulons un jour voir un avenir où les jeunes peuvent vraiment s’épanouir, où nous vivons sans confusion, discrimination, violence et agression. Nous savons qu’il y a eu des progrès et que de nombreux pays font des efforts importants pour mettre en œuvre l’ESC avec le soutien de la société civile et des jeunes, mais dans l’ensemble, nous sommes à la traîne. Les jeunes ne remplissent pas leur droit à l’éducation sexuelle.

L’une des choses les plus difficiles pour nous en tant que jeunes défenseurs est le manque d’un dialogue respectueux. C’est comme si nous travaillions dans un espace réactionnaire et que l’opposition s’en vient avec des actions lourdes et stratégiques, tirant parti du pouvoir dans les processus décisionnels. Il est important que toutes les parties prenantes clés nous soutiennent dans la reconnaissance de l’impact positif de l’ESI sur les enfants et les jeunes.

Nous comprenons tous que la littératie et la numératie sont extrêmement importantes, et cela devrait constituer la base de notre éducation. L’école de nos jours, cependant, doit aller au-delà de cela. Il doit nous préparer aux défis de la jeunesse et de la transition vers l’âge adulte.

Nous nous levons et vous exhortons à nous écouter. Nous, les jeunes, avons un rôle clé à jouer ici. Nous pouvons nous associer aux gouvernements et aux autres parties prenantes pour garantir qu’aucun enfant ou adolescent ne subisse les conséquences négatives du manque, voire de l’absence, d’informations et d’éducation positives fondées sur des preuves sur la sexualité.

Le cheminement vers une éducation sexuelle complète : rapport de situation global (ENG) Résumé (ENG) (FR) (SP)

L’UNESCO, en collaboration avec le rapport GEM, élabore actuellement une série de profils de pays PEER (Profiles Enhancing Education Reviews) axés sur les progrès au niveau des pays vers une éducation sexuelle complète pour publication l’année prochaine.

SOURCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.