Vernissage Exposition « 32 metri quadri di mare » (Mediterraneo) de Nicola Guastamacchia

Chères amies et chers amis,

à l’occasion de la 17ème édition de la Journée du Contemporain, l’Institut Culturel Italien de Tunis a le plaisir de présenter l’exposition « 32 metri quadri di mare » (Méditerranée) de l’artiste Nicola Guastamacchia, vainqueur de la section dédiée aux personnes âgées de moins de 35 ans du projet Cantica21-Italian Contemporary Art Everywhere, initiative du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et du Ministère de la Culture afin de promouvoir la recherche et la pratique sur les arts visuels contemporaines.

Le vernissage de l’exposition se tiendra le 9 décembre à 18h auprès du siège de l’Institut, en présence de l’artiste. Elle restera ouverte au public jusqu’au 23 janvier 2022.


Care amiche e cari amici,

In occasione della XVII edizione della Giornata del Contemporaneo, l’Istituto Italiano di Cultura di Tunisi ha il piacere di presentare la mostra « 32 metri quadri di mare » (Mediterraneo) dell’artista Nicola Guastamacchia, vincitore della sezione under 35 nell’ambito del progetto Cantica21-Italian Contemporary Art Everywhere, una iniziativa del Ministero degli Affari Esteri della Cooperazione Iternazionale e de Ministero dell Cultura per promuovere la ricerca e la pratica sulle arti visive contemporanee.

L’inaugurazione della mostra, alla presenza dell’artista, si terràil 9 dicembre alle ore 18.000 nella sede dell’Istituto. L’opera rimarrà esposta fino al 23 gennaio 2022.

Nicola Guastamacchia : Nicola Guastamacchia (Bari, Italie, 1990) est un artiste et chercheur indépendant qui vit entre Bari et Londres. Son travail est une combinaison entre une production artistique et une écriture critique, afin d’atteindre des résultats inter-disciplinaires qui ont pour but d’unir l’action créative et la réflexion politique. Des projets de site-specific, collages, oeuvres et publications qui constituent des stratégies pour re-examiner des idées déjà affirmées de communauté et d’appartenance et pour offrir des visions alternatives du panorama européen et méditerranéen, avec une attention particulière à la critique potentielle du texte, à la traduction et à la narration dans l’art contemporain.

Il a obtenu un Diplôme en Droit auprès de l’Université de Bari, un Master en Art Moderne et Contemporaine auprès de l’Université de Glasgow et un Master en Beaux Arts à la Kingston School of Art. Au Royaume Uni, il a étudié avec le Professeur Peter Osborn et le critique John Slyce outre à travailler comme directeur d’exposition auprès de la Galerie Richard Saltoun de Londres, de 2018 à 2021. Il fait partie de l’équipe organisatrice du programme de résidence de In-ruins en Calabre et est l’un des fondateurs de VOGA, l’association no-profit dédiée au développement d’un réseau artistique Méditerranéen dans la région des Pouilles.

Ses projets récents incluent l’exposition collective “From Our Distant Proximity”, auprès de l’Ambassade d’Italie à Ankara, en 2019, ainsi que l’exposition personnelle en 2018 (Manifesto) auprès de l’Institut Culturel Italien de Londres, en 2018. De récents écrits sont apparus sur Forme Uniche, Flash Art et un volume de la série « The Contemporary Condition » éditée par Stenberg Press.

32 Metri Quadri di Mare (Mediterraneo)

Ce projet s’inspire de “32 Metri Quadri di Mare Circa (1967)” de Pino Pascali, et représente l’impossibilité, actuellement, d’imaginer et de représenter la Mer Méditerranéenne sans considérer la crise migratoire sanglante dont elle est spectatrice. En s’appropriant du titre et du format de l’oeuvre de Pascali avec quelques variations, “32 Metri Quadri di Mare” (Méditerranée) consiste en 27 baignoires en acier, carrées – qui représentent les 27 pays membres de l’UE – qui contiennent de l’eau colorée avec des concentrations variées de pigment rouge. L’aniline, le colorant bleu utilisé par Pascali pour teindre l’eau, s’oxyde spontanément en donnant lieu à une coloration rouge-brun. Cet effet collatéral représente le prétexte pour réfléchir sur la façon avec laquelle nous, européens contemporains, représentons notre Mer et sur la possibilité de penser à Elle sans penser au sang et aux nombreux migrants portés disparus.


Nicola Guastamacchia (Bari, Italia, 1990) è un artista e ricercatore indipendente che vive tra Bari e Londra. La sua pratica combina produzione artistica e scrittura critica, perseguendo risultati interdisciplinari volti ad unire azione creativa e riflessione politica. Progetti site-specific, collage, saggi e pubblicazioni sono strategie per riesaminare idee affermate di comunità ed appartenenza e offrire visioni alternative del panorama europeo e mediterraneo, con attenzione al potenziale critico del testo, della traduzione e della narrazione nell’arte contemporanea.

Nicola ha conseguito la Laurea in Giurisprudenza presso l’Università di Bari, il Master in Arte Moderna e Contemporanea dell’Università di Glasgow e il Master in Belle Arti di Kingston School of Art. Nel Regno Unito ha studiato con il Prof. Peter Osborne e il critico John Slyce e ha lavorato come Exhibitions Manager presso la galleria Richard Saltoun di Londra dal 2018 al 2021. È membro del team curatoriale del programma di residenza di In-ruins in Calabria e trai fondatori di VOGA, associazione no-profit dedicata allo sviluppo di un network artistico mediterraneo in Puglia.

Progetti recenti includono la mostra collettiva From Our Distant Proximity, presso l’Ambasciata d’Italia, Ankara, 2019; e la mostra personale 2018 (Manifesto) all’Istituto Italiano di Cultura, Londra, 2018. Recenti contributi scritti sono apparsi su Forme Uniche, Flash Art e un volume della serie The Contemporary Condition edita da Stenberg Press.

32 Metri Quadri di Mare (Mediterraneo)

Questo progetto prende ispirazione da 32 Metri Quadri di Mare Circa (1967) di Pino Pascali e riflette sull’impossibilità, al giorno d’oggi, di immaginare e rappresentare il Mare Mediterraneo. Appropriandosi del titolo e formato dell’opera di Pascali con alcune variazioni, 32 Metri Quadri di Mare (Mediterraneo) consiste in 27 vasche quadrate di alluminio zincato – tante quanti i paesi membri dell’UE – contenenti acqua colorata con diverse concentrazioni di anilina rossa. L’anilina, già utilizzata come colorante (azzurro) da Pascali, si ossida spontaneamente nel tempo dando luogo a colorazioni rosso-bruno.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.