Déclaration universelle des droits de l’homme – 10 DECEMBRE 1948 : Hommes et Femmes « égaux » !

Comme tous les ans, la majorité des pays en droit (y compris la Tunisie) célèbrent le 10 décembre l’adoption en 1948 par l’Organisation des Nations Unies de la Charte de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

En effet, le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient à l’époque l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme (résolution 217 A (III)), et ce, au Palais de Chaillot – à Paris.

C’est donc pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.

A noter que ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

Rédaction de la Déclaration :

Il importe de rappeler qu’au début de l’année 1947, lors de sa première session, la Commission des droits de l’homme a établi un Comité de rédaction qui a été initialement composé de la présidente, Eleanor Roosevelt (Epouse de Franklin D. Roosevelt, 32ème Président des Etats-Unis 4 Mars 1933 – 12 Avril 1945), du vice-président, P.C. Chang, et du rapporteur, Charles Malik, le Comité de rédaction sera élargi dans un second temps.

Nous rapportons ci-après les 5 premiers articles de la déclaration :

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.