Jeux Olympiques : qu’est-ce qu’un boycott diplomatique ?

La situation actuelle

Alors que Pékin doit accueillir les prochains Jeux Olympiques d’hiver, du 4 au 20 février 2022, plusieurs pays ont annoncé qu’ils boycotteraient diplomatiquement l’événement. Il s’agit des Etats-Unis, de l’Angleterre, de l’Australie, et du Canada, qui accusent notamment Pékin de ne pas respecter les droits de l’Homme, faisant référence à la communauté ouïghoure ou à Hong Kong.

De son côté, la France, après avoir déclaré qu’elle allait se coordonner au niveau européen, a finalement annoncé qu’elle se rendrait en Chine. « Un boycott diplomatique serait tout petit symbolique », a ainsi affirmé Emmanuel Macron.

La Chine, elle, a avertit que « les pays du boycott diplomatique en paieront le prix ».

Les différences avec le boycott sportif

Le boycott sportif, ou boycott intégral, consiste à ne pas envoyer d’athlètes. C’est notamment ce qui s’est passé en 1980, lorsque les Etats-Unis ont décidé qu’aucun sportif américain ne se rendrait aux Jeux de Moscou, en signe de protestation contre l’invasion des troupes soviétiques en Afghanistan.

« Mais cette époque est révolue, affirme le géopolitologue Pascal Boniface. Simplement parce que les sportifs veulent participer, et un pays qui prendrait une telle décision se mettrait à dos sa propre opinion publique, qui a envie de voir les Jeux, et qui a envie de voir les athlètes défendre leurs couleurs. »

Le boycott diplomatique consiste, lui, a n’envoyer aucun représentant de l’Etat. En revanche, les sportifs peuvent participer aux Jeux. « Un boycott diplomatique, c’est simplement le fait de dire que l’on ne cautionne pas un pays, et que l’on ne veut pas montrer de signe d’amitié en s’y rendant, explique Pascal Boniface. C’est une gifle diplomatique envoyée à Pékin. »

Avant d’ajouter : « C’est un un indice supplémentaire des relations entre deux pays. Vous boycottez totalement, c’est que les relations sont au plus bas. Vous envoyez le chef d’Etat du gouvernement, c’est que les relations sont au plus haut. Et entre les deux, il y a un tas de possibilités ouvertes ».

Les conséquences d’un boycott

En cas de boycott sportif, le Comité international olympique (CIO) pourrait prendre des sanctions contre le pays. Ce fut notamment le cas avec la Corée du Nord, qui, après avoir refusé de venir à Tokyo en 2021, a été exclue des Jeux de Pékin.

Quant aux conséquences d’un boycott diplomatique, il s’agira surtout d’une dégradation des relations économiques et diplomatiques entre le pays organisateur et les pays qui participeraient à ce boycott.

Quel est l’impact d’un boycott diplomatique ?

Le but d’un boycott diplomatique étant un moyen pour certains pays de manifester leur mécontentement contre le pays organisateur, une question se pose : boycotter diplomatiquement les Jeux Olympiques peut-il « forcer » le pays boycotté à assouplir un peu sa politique ?

Autrement dit, si on prend l’exemple des JO de Pékin, la Chine va-t-elle revoir en partie sa politique concernant Hong Kong et les Ouïghours ?

La réponse de Pascal Boniface est sans appel : « Cela ne s’est jamais vu ».

SOURCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.