Et si c’est le manque de câlins dans le couple qui mène à l’infidélité ?

En temps de Covid, on a quelque peu oublié les bienfaits des câlins sur notre épanouissement. Et qui dit manque d’affection, dit frustration. Une situation qui peut même mener à l’infidélité…

La journée des câlins a été instaurée le 21 janvier afin de chasser la déprime hivernale et redonner un peu de chaleur à cet austère mois de janvier. Quelques semaines avant la Saint-Valentin, cette journée dédiée à la tendresse nous rappelle à quel point le contact physique est important dans nos relations amoureuses. C’est ce que constate l’application de rencontre Gleeden, qui note que le manque de câlins pourrait augmenter les risques d’infidélité.

Lire aussi >> Infidélité : la comprendre et en guérir en 10 questions

12 CÂLINS PAR JOUR POUR ÊTRE HEUREUSE ?

Gleeden a mené une étude auprès de plus de 10 000 utilisatrices ayant eu au moins un amant cette année et les réponses sont révélatrices : le manque de tendresse dans le couple peut pousser à l’infidélité. 42% de ces femmes admettent faire moins d’un câlin par semaine à leur partenaire officiel. 13% d’entre elles ne reçoivent pratiquement de gestes de tendresse de leur moitié. Un manque de proximité et de douceur qui les encourage à aller voir ailleurs.

Si 32% des femmes reçoivent plusieurs marques d’affection par semaine, seulement 9% d’entre elles reçoivent plusieurs câlins dans la même journée. Pourtant, d’après la philosophe américaine Virgina Satir, il faudrait 12 câlins par jour pour être totalement épanoui. Il n’est donc pas étonnant de constater que 87% de ces utilisatrices trompent leur conjoint car leur relation manque de tendresse et d’affection. 79% des femmes sondées précisent qu’elles cherchent un amant pour se sentir davantage valorisées et désirées.

MANQUE DE CÂLINS, ABSENCE DE DIALOGUE

D’après Solène Paillet, directrice de la communication de Gleeden, l’absence d’attention au sein d’un couple est plus difficile à tolérer qu’une absence de relations sexuelles. Sur le long-terme, le manque d’égard pour un partenaire entache la capacité à dialoguer, pourtant essentielle. « Je constate, grâce aux témoignages réguliers de nos membres féminins, que les femmes arrivent plus facilement à se passer de sexe que de tendresse. Dès lors qu’elles se sentent trop délaissées sur le plan émotionnel, elles ont un déclic et osent finalement sauter le pas de l’infidélité », explique-t-elle avant d’ajouter que « les couples qui ont des marques d’affection régulières arrivent à communiquer plus facilement lorsqu’il y a des frustrations. Et le dialogue est assurément la clé pour éviter l’infidélité. »

Poursuivre la lecture sur ELLE

Crédit photo : ©iStock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.