New Bell et Commando, les « favelas » de Douala où les journalistes algériens ont été agressés avant même le début de la CAN

Comme dans toutes les grandes capitales économiques du monde, on ne circule pas n’importe où. Il y a des « lignes rouges » à ne pas franchir. C’est le cas de certains quartiers de Douala, qui sont déconseillés aux étrangers. Il s’agit de New Bell et Commando, deux quartiers dans lesquels les petits bandits sèment la terreur. C’est d’ailleurs dans ce populeux quartier de Commando que les journalistes algériens ont été agressés, avant même le début de cette Coupe d’Afrique des Nations.

Peuplé majoritairement de Bamiléké, Bassa, habitants du Nord, New Bell est la ville où a grandi la légende mondiale du football, Samuel Eto’o Fils. Malgré, le banditisme qui l’entourait, l’homme s’est forgé une personnalité et a pu éviter de tomber dans la facilité. « C’est le quartier où Samuel Eto’o fils a véritablement affronté la vie. Il y a trop de banditisme dans ce quartier. Bien que vous soyez avec nous, gardez bien vos affaires, ces enfants sont comme des sorciers. Ils vous arrachent votre bien et disparaissent », a confié celui qu’on surnomme le « Loup », un homme barbue, costaud et avec des tatouages un peu partout sur le corps et qui nous servait de guide.

À quelques minutes de New Bell, se dresse également un autre quartier, Commando, dont les habitants sont qualifiés de belliqueux, et qui se battent pour un rien. C’est d’ailleurs dans ce quartier que la statue de Samuel Eto’o a été érigée. Pour prendre la photo de cette statue, c’est la croix et la bannière. Il faut mettre la main à la poche, sinon c’est la bastonnade. « Il faut s’arrêter vers la statue, il va filmer depuis l’intérieur du taxi. Je ne veux pas me battre avec ces gens aujourd’hui. S’ils le voient filmer, ils risquent de déclencher une bagarre ici et au moment où on essayera de nous défendre, ils vont en profiter pour nous voler des choses », a indiqué le Loup » au chauffeur de taxi.

Il faut dire que tout au long de notre parcours dans ces deux quartiers « mafieux » de Douala, c’était la peur au ventre. Puisqu’à tout moment, on pouvait tomber dans une embuscade de ces petits bandits, sans foi ni loi. Au cours du trajet, le « Loup » a$nous a d’ailleurs montré un fan de Samuel Eto’o Fils, qui venait juste de sortir de la prison centrale de New Bell. un quartier où vivent les bandits de grand chemin.

SOURCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.