Forum sur la fragilité 2022 : une communauté engagée en faveur de la paix et du développement, sur fond de multiplication et d’intensification des crises

Le monde entier est sur le qui-vive depuis deux ans, et les économies les plus fragiles en payent un lourd tribut.

Le dernier Forum sur la fragilité s’est déroulé en 2020, au cours d’une année dominée par la pandémie de COVID-19.  Depuis, de l’Asie à l’Afrique en passant par l’Amérique latine, la paix et le développement ont connu des revers massifs à travers le monde, avec une montée des risques de fragilité et de conflit qui n’épargne pas les pays à revenu intermédiaire. Selon nos prévisions économiques les plus récentes, la production des pays fragiles et touchés par un conflit en 2023 sera inférieure de 7,5 % aux niveaux d’avant la pandémie. C’est bien en deçà des perspectives de croissance pour l’ensemble des pays émergents et en développement. Pour les populations les plus vulnérables, cela signifie que l’insécurité alimentaire, l’extrême pauvreté, les pertes de capital humain et le manque d’opportunités économiques viendront s’ajouter au spectre des violences et des déplacement forcés.

Pour une institution telle que la Banque mondiale, il est fort difficile de devoir suspendre le soutien apporté aux pays en cas de crise politique majeur, à l’instar d’un coup d’État. Car cela signifie que nous ne sommes pas en mesure de continuer à mettre en œuvre des services indispensables au profit de millions de personnes pauvres et vulnérables. C’est un défi auquel nous devons apporter une solution viable, et c’est pourquoi nous saluons la tenue prochaine du Forum sur la fragilité 2022 (a), un rendez-vous qui offrira à la communauté mondiale l’occasion de réfléchir à la manière dont nous pouvons aider ceux qui sont les plus durement touchés par cette convergence de crises.

Le Forum se déroulera du 7 au 15 mars, avec pour thème « Le développement et la paix en période d’incertitudes ». Il permettra à la communauté mondiale de se rassembler afin de faire le bilan de son action face aux situations de fragilité, de conflit et de violence (FCV) depuis dix ans et d’éclairer des pistes pour aller de l’avant.

La réponse mondiale aux situations de fragilité, de conflit et de violence doit s’adapter sans cesse aux évolutions, nombreuses, de la conjoncture internationale.  Les effets du changement climatique, la crise socio-économique sans précédent engendrée par la COVID-19 et la hausse des tensions politiques et des violences sont autant de difficultés qui se conjuguent en frappant particulièrement durement des populations qui vivaient déjà dans des situations de fragilité structurelle et de conflit violent.

Le Forum sur la fragilité 2022 réunira des milliers d’acteurs qui jouent un rôle crucial dans ce domaine  : décideurs publics, professionnels de l’humanitaire, du développement, de la paix et de la sécurité, mais aussi chercheurs et représentants du secteur privé et de la société civile.

Pendant huit jours, cette communauté échangera des idées et des connaissances visant à améliorer les interventions de développement dans les environnements fragiles, avec le souci de favoriser la paix et la stabilité.

Une décennie s’est écoulée depuis la publication du Rapport sur le développement dans le monde 2011 : Conflits, sécurité et développement. Ce rapport plaidait en faveur de la prise en main des programmes par les pays et de la collaboration entre les acteurs de l’humanitaire, du développement, de la paix et de la sécurité. Le moment est venu de faire le point sur les actions qui ont effectivement contribué à la réalisation de ces objectifs, mais aussi d’identifier les domaines dans lesquels nous devons collectivement progresser pour parvenir à bâtir un système international qui permette de faire face aux risques du 21e siècle.

Les discussions et les sessions du Forum s’articuleront autour de quatre grands thèmes :

  1. Traiter les risques et accroître la résilience dans les contextes FCV en s’attachant à acquérir une compréhension plus multidimensionnelle et complète de la façon dont ces risques interagissent et se conjuguent.
  2. Modifier la trajectoire économique dans les contextes FVC en mettant en évidence les nouveaux outils et approches nécessaires pour contribuer à la transformation et aux opportunités économiques, à la création d’emplois, à la résilience du secteur financier, au développement technologique et numérique et à la promotion d’une connectivité inclusive.
  3. Repenser le lien entre développement et sécurité en se penchant sur des expériences concrètes de coordination et d’intégration des efforts en soutien aux objectifs de développement et de paix, les enseignements à en tirer, les succès opérationnels et les échecs de la collaboration, etc.
  4. S’attaquer aux facteurs qui sapent la gouvernance et le renforcement des institutions dans les situations de FCV en dressant un examen approfondi et sans concession des réalités et des défis du renforcement de l’État et des institutions, en particulier à la lumière des événements de l’année écoulée au Myanmar, en Afghanistan, au Sahel, dans la Corne de l’Afrique et ailleurs.

Le Forum proposera plus de 60 sessions en ligne, sous la forme de tables rondes, de séminaires et de podcasts qui porteront, entre autres sujets, sur le changement climatique et les conflits, la gouvernance et les institutions, la réduction des violences urbaines, les institutions de sécurité et de justice, la participation du secteur privé ou encore les prochains contours de la sécurité humaine. 

Nous attendons avec intérêt de débattre de ces enjeux essentiels avec nos nombreux partenaires dans ce domaine, en particulier après l’approbation récente de la 20e reconstitution du fonds de l’IDA. Les financements de l’IDA en direction des États fragiles et touchés par un conflit ont quasiment triplé au cours des cinq dernières années. Avec un montant record de ressources destinées aux 74 pays les plus pauvres du monde, l’accent mis sur les situations de fragilité, conflit et violence , et l’ajout de la préparation aux crises parmi les enjeux transversaux de son programme de travail, IDA-20 sera un instrument de financement et de politique crucial pour non seulement améliorer les conditions de vie des plus vulnérables dans les environnements fragiles, mais aussi y soutenir des mécanismes de défense et de prévention. La mission de la Banque mondiale est de mettre fin à la pauvreté, et la lutte contre la fragilité y occupe une place centrale.

La fragilité s’aggrave dans de nombreuses régions du monde, et des défis de taille nous attendent. Aussi avons-nous hâte de retrouver à nouveau tous les acteurs qui œuvrent dans ce domaine , afin d’engager ces discussions difficiles mais nécessaires. Nous sommes convaincus que vous êtes tout aussi désireux de porter un regard exigeant et neuf sur les défis de la fragilité et les solutions pour les relever, et d’aller de l’avant, portés par les enseignements et les innovations que nous partagerons lors de cet événement.

Les inscriptions au Forum sur la fragilité 2022 sont maintenant ouvertes. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires sur cette page ou en écrivant à fragilityforum@worldbank.org.

Nous vous donnons rendez-vous le 7 mars !

Photo: zef art/Shutterstock

Axel van Trotsenburg
Directeur général des opérations de la Banque mondiale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.